Voyage Bali, Jour 18 : Tumbak Island Cottages & retour Manado

par le-bearnais
66 vues

Cet article fait partie du récit de notre voyage de 3 semaines en Indonésie, dans lequel tu trouveras tous les détails de notre séjour : programme jour après jour, visites, activités, restaurants, hébergements à Bali, Nusa Penida, Java, Sulawesi du Nord, Bunaken et tous nos conseils voyage basés sur notre expérience là-bas.

Ouf, nous avons survécu à la première nuit ! Yoan nous avait expliqué qu’il devait lui-même ramener le duo de Québécois jusqu’à Manado et qu’il serait donc absent pour plusieurs jours. Il en profite pour aller voir sa femme et ses enfants, restés habiter là-bas. Pour nous, cela n’a l’air de rien, mais ici, c’est un déplacement qu’on ne fait pas tous les jours…

Excursion snorkeling dans la baie de Tumbak !

Nous avions choisi une offre d’hébergement comprenant une demi-journée d’excursion par jour. Le matin, une excursion snorkeling était prévue, assurée par le beau-père de Yoan, un ancien pêcheur de requin, un homme du village. Nous montons sans son bateau. Il nous fait accoster sur une toute petite île vierge. Pas une trace de pas, pas une trace de l’homme. Magique !

Une île vierge dans la baie de Tumbak ! Un petit paradis perdu!

Nous nous équipons. Il nous indique de l’accompagner. Commence alors une véritable randonnée palmée assez déroutante. La profondeur de l’eau est faible et le relief escarpé. Nous avons la sensation que notre ventre et nos palmes effleurent sans cesse le relief.
Le courant est présent et les vagues aussi, cela rajoute à une sensation étrange… nous vivons l’expérience les yeux grands écarquillés !

Le beau-père de Yoan, notre guide de snorkeling dans la baie de Tumbak !

Notre mentor, très habitué, déloge à main nue et avec douceur certains poissons qu’il arrive à prendre dans la main. Incroyable ! Nous avions dit à Yoan que nous aimerions beaucoup voir des requins (nous avions entendu que ce type de récifs en cachaient).

Mission accomplie… son beau-père par 2 reprises nous permettra d’apercevoir de façon furtive mais bien réelle des jeunes requins de petite taille (requins à pointes noires). Génial !

Tumbak Island Cottages en mode seul au monde !

De retour au bungalow, nous nous retrouvons seuls (nous avons dit au revoir avant de partir aux autres touristes). Aucun autre client ne devait arriver avant le lendemain. Le groupe de 3 bungalows était donc libre, rien que pour nous. En mode « seuls au monde ». Incroyable !

Tumbak Island Cottages en mode seul au monde!

Madame se permet une douche en plein air, sur le ponton principal. Cela n’a l’air de rien, mais quand vous êtes seuls, entourés par l’immensité de la baie de Tumbak, les îles au loin, sans bruit autre que le clapotis léger de l’eau qui vient lécher les pilotis des bungalows, cela prend une tout autre dimension. Inspiration profonde, béatitude, on est au paradis !

Notre repas arrive, toujours très frais, très bon, très local… avant LE DRAME !

Serpent : 1, aventuriers : 0 !

Je m’apprêtais à retourner dans notre bungalow, quand, stupeur, un serpent se trouve juste devant l’entrée ! Après un demi-tour express et sans doute un peu pâle, je retrouve ma douce avant de lui avouer l’inavouable !

La pauvre. Au bord de la crise de nerfs, elle n’en peut plus ! C’est trop ! Les nids de guêpes : ok, les fourmis : ok, les blattes : ok, même le crabe dont la pince te fait coucou par le trou d’évacuation de la douche quand tu vas aux toilettes : ok… mais le serpent, c’est trop !

D’autant qu’on est tout seul, d’autant que Yoan est parti loin et ne peut pas revenir avant plusieurs jours… que faire ! Nous avons le temps. Après tout, il ne va pas rester là éternellement…

Sauf que, le temps passe et il ne bouge pas. Réflexe de survie, je trouve un bout de bois au cas ou la confrontation serait inévitable. Lui comme nous n’avons pas d’échappatoire, si ce n’est sauter à l’eau… mais est-ce moins risqué de se jeter dans les coraux à l’aveugle ? Pas sur…

J’essaie de lui faire peur en faisant résonner le morceau de bois sur le plancher… inefficace. Il nous regarde toujours en dandinant la tête… il commence à se promener sur notre terrasse, s’enroule autour de l’échelle, puis revient près de nos palmes… bon… pas le choix, on doit appeler Yoan.

Très surpris, il me demande de le décrire mais ne reconnaît pas la description que j’en fais. Pensant que ce sont mes explications qui n’étaient pas justes, il me demande de lui envoyer des photos avant de revenir vers nous. Son appel ne tarde pas : des comme çà, il n’en a jamais vu ici en plus de 10 ans ! Il ne comprend pas car c’est un serpent terrestre. Il nous demande encore quelques minutes pour trouver plus d’informations… Le revoilà : il n’est pas mortel, mais est très agressif… heu… on est censés être rassurés là ?

Avec ironie et humour, il nous explique que certains touristes viennent spécifiquement dans la région observer la faune sauvage et rêve de voir ce genre de reptiles. Nous, qui aurions préféré ne pas en croiser, avons eu la chance de voir des serpents terrestres ou aquatiques à 4 reprises.

Vu la situation, je m’excuse et lui fait comprendre que c’est trop pour nous afin qu’il puisse nous trouver une solution de repli. Finalement, nous écourterons notre séjour.

Son beau-père viendra dégager le serpent avec une perche en bambou. Mais la peur nous ayant envahie, nous ne pouvions plus profiter sereinement de notre temps ici, avec l’idée qu’il pourrait revenir par n’importe quel trou du bungalow.

Vue des bungalows Tumbak Island Cottages

Nous quittons les lieux en milieu de journée et son père nous transfère au village. Yoan, compréhensif, se charge de nous trouver un chauffeur pour nous ramener à Manado, mais il ne peut arriver qu’en fin de journée. Son beau-père nous ouvre les portes de chez lui, très hospitalier.

Hospitalité indonésienne & visite du village de Tumbak

La chaleur dehors est insupportable. Nous décidons de faire un tour du tout petit village de Tumbak. Les gens sont aussi polis qu’intrigués par notre venue. Ce village est isolé, presque coupé de tout. La plupart des gens d’ici n’ont même jamais mis les pieds dans la « grande ville » la plus proche (Manado).

Les enfants sont très curieux. Contrairement à la France, ici l’étranger attise la curiosité et l’envie d’interaction. Nous finissons par être assaillis lorsque nous leur offrons les gâteaux que nous avons dans le sac. Un moment d’humanité touchant.

Ces vacances nous montrent une dimension de valeurs, d’humanité que nous n’avions ni recherché, ni déjà vu dans tous nos voyages passés.

Nous finissons par regagner la maison de notre hôte de quelques heures. Malgré la barrière de la langue, nous échangeons. Nous lui proposons de lui montrer les images de notre voyage à Bali. Ces endroits fabuleux et si proches de chez lui, qu’il ne connait pas, dont il n’a pour la plupart aucune idée de l’existence. Nous avons traversé la moitié du globe pour les découvrir et eux qui sont à quelques heures de voiture ou de bateau n’ont pas les moyens ni l’envie d’y aller.

Nous discutons de nos vies, des enfants, de la famille. Il fond en larmes après que nous lui ayons expliqué être chacun fils unique et que nous n’avions pas d’enfant. Encore un moment de pure chaleur humaine. Je demande son accord pour le prendre en photo avec ma douce. Plus tard, j’envoie la photo à Yoan en lui expliquant tout ça et en lui demandant pourquoi son beau-père était en larmes ?

Il me répondra qu’ici la définition du bonheur est unique : avoir le plus d’enfants possible. Que seules les personnes ayant des maladies et ne pouvant pas avoir d’enfant sont dans notre cas. C’était donc pour lui une double malédiction que nous subissions : nos parents n’ont pu avoir qu’un enfant et nous ne pouvions pas en avoir. L’émotion et l’empathie s’étaient exprimées. Il était triste pour nous.

Que dire de plus ? A ce stade, ce voyage nous a déjà marqué à vie.

Transfert de Tumbak au Novotel de Manado.

Le chauffeur finit par arriver. Nous disons chaleureusement au revoir et prenons la route. Nous trouvons un hôtel (Novotel), réservé difficilement depuis notre téléphone car nous n’avions quasiment aucun réseau.

Pendant le trajet, j’essaie de trouver une excursion que nous pussions réserver du jour au lendemain. Pas facile, mais j’y arrive. Par chance et grâce à WhatsApp, on me répond. Réservation est faite pour demain. Nous partirons pour une journée d’excursion au parc de Tongkoko !

L’accueil à l’hôtel est chaleureux. Jems, notre interlocuteur, sympathisera avec nous en essayant de perfectionner son français ! Cela devient routinier : des sourires, de la chaleur, on ne s’en lasse pas !

Conseils du jour :

  • Préférez les offres des Tumbak Island Cottages proposant des excursions, car votre mobilité sera réduite à l’exploration locale sous marine autour des bungalows. Cela peut néanmoins vous occuper au moins une journée complète tant l’espace disponible est immense.
  • Même si l’électricité est disponible pour recharger vos smartphones et autres batteries, je vous conseille d’amener avec vous au moins une batterie externe pour plus de confort et ne pas être obligé de rester près d’une prise…
  • Il faut être aventurier pour apprécier à sa juste valeur l’expérience proposée par Yoan dans ses bungalows : le confort est sommaire, il y a des « bébêtes » partout et vous ne pourrez pas vous en aller sans lui ! La beauté des lieux est autant au-dessus de l’eau qu’en dessous.

Il ne faut pas être timide : un commentaire fait toujours plaisir !

Cet article était bien ? Je vous invite à découvrir les suivants :